Lumière de Sœur Faustine

 

Cet essai complète l’article Illumination de la Conscience et décrire une Mini-Jugement de Sœur Faustine.

“Une fois je fus convoquée à l’arrêt (siège) de Dieu. Je restai seul devant du Seigneur. Jésus est apparu que tel, comme nous le nous le connaissons en Sa Passion: Qui êtes-vous? Je répondis, ‘je suis ta serviteur, Seigneur.’ Vous êtes coupable d’une journée dans le purgatoire. Je voulais me jeter dans aussitôt les flammes du purgatoire, mais Jésus m’a arrêté et m’a dit, Lequel préférez-vous, souffrez maintenant au purgatoire pour une journée ou pour un court moment sur la terre? Je lui ai répondu, ’Jésus, je veux souffrir au purgatoire, et je veux souffrir aussi le plus grand soin de la terre, même s’elle était jusqu’à la fin du monde. Après un moment, ses blessures ont disparu, à l’exception de cinq, ceux de Ses mains, Ses pieds et Son côté. Soudain, j’ai vu l’état complet de mon âme comme Dieu le voit. Il est clair que je pouvais voir tout ce qui déplaît à Dieu. Je ne savais pas, que même les plus petites transgressions, doivent être complètement expiées. Quel moment! Qui peut le décrire? Pour tenir devant le Dieu trois fois Saint! Jésus m’a demandé, Qui êtes-vous? Je répondis, je suis ton serviteur, Seigneur.’ Vous êtes coupable d’une journée dans le purgatoire. Je voulais me jeter immédiatement dans les flammes du purgatoire, mais Jésus m’a arrêté et a dit, Lequel préférez-vous, souffrez maintenant pour une journée dans le purgatoire ou pour un court moment sur la terre? Je lui ai répondu, ‘Jésus, je veux souffrir au purgatoire, et je veux aussi souffrir le plus grand soin de la terre, même s’elle était jusqu’à la fin du monde.’ Jésus a dit, One [des deux] est assez; vous pourrez revenir à la terre, et là vous allez souffrir beaucoup plus, mais pas pour longtemps; vous allez accomplir ma volonté et mes désirs, et un fidèle serviteur de moi vous aidera à le faire. Maintenant, reposez votre tête sur Ma poitrine, sur Mon cœur, et tirez la force et la puissance pour votre souffrances, car vous ne trouverez ni du relief, ni de la aider, ni du confort partout ailleurs. Sachez que vous aurez beaucoup, beaucoup à souffrir, mais ne laissez pas vous effrayer; Je suis avec vous.”  (PJ 36)

Advertisements
This entry was posted in Français and tagged . Bookmark the permalink.