Fatima et la Sainte Trinité

 

Le 13 Juin 1929, Soeur Lucie de Fatima, au Portugal, a reçu à son couvent de Tuy, en Espagne, une révélation secrète de la Sainte Trinité:

«Tout à coup, une lumière surnaturelle illumina toute la chapelle et sur l’autel apparut une croix de lumière qui atteint le plafond.

Dans un cadre lumineux pourrait être vu, sur la partie supérieure de la croix, le visage d’un homme et de son corps à la taille;

Sur sa poitrine était une colombe également lumineuse,

et cloué à la croix, le corps d’un autre homme.

Un peu au-dessous de la taille, suspendu dans les airs, on voyait un Calice et un grand Hôte sur lequel est tombé quelques gouttes de sang du visage du Crucifié et d’une blessure dans sa poitrine. Ces gouttes coulaient sur l’Hôte et sont tombés dans le Calice.

Sous le bras droit (de la Croix) était Notre Dame avec son Cœur Immaculé dans la main … (Il était Notre Dame de Fatima avec son Cœur Immaculé … dans sa main gauche … sans épée ni roses, mais avec une couronne d’épines et des flammes …)

Sous le bras gauche (de la Croix), quelques grosses lettres, pour ainsi dire de l’eau cristalline qui descend sur l’autel, ont formé ces mots: «grâce et miséricorde”.

Je compris qu’il était le mystère de la Très Sainte Trinité qui a été montré à moi, et je recevais des lumières sur ce mystère que je ne suis pas autorisé à révéler”.

Tout d’abord, la révélation Trinitaire est avec le Père, le Fils et l’Esprit Saint clairement représentée, et Sœur Lucie a reçu des révélations secrètes de la Trinité. Elle nous a présenté l’image entière liée au mystère de la Croix. Le Père, le premier principe de la Trinité, est considéré en haut de la Croix, au-dessus de Christ, et le Saint-Esprit est représenté sur la poitrine du Père. L’ordre Père, Fils et Saint-Esprit désigne l’action rédemptrice de la Trinité dans le temps. “La croyance en, et la connaissance de, le Dieu trinitaire est subordonnée à la croyance en, et la connaissance de, le Fils de Dieu.” La doctrine de la Trinité a été pleinement révélée dans la vie et la mort dans la chair, de l’une de ses Personnes, Christ.

L’âme humaine de Notre Seigneur a reçu des grâces du Père qui débordent pour nous. L’humanité sacrée de Notre Seigneur est le canal par lequel passent toutes les grâces aux hommes. Sans l’union des deux natures en Jésus, faisant de lui “vrai Dieu et vrai homme,” cette médiation serait impossible.

Dans la révélation de Tuy, Jésus est affiché après son acte de rédemption, depuis son côté précieux est blessé. Le crucifix, lorsque Notre Seigneur est dépeint en vie, Ses yeux sont ouverts et son côté n’est pas blessé. Quand il est dépeint morts, le côté est blessé et les yeux fermés. La deuxième personne de la Trinité est dépeint unie à ce corps sans vie et à son sang. Le Corps, du Sang, et l’Âme Humaine sont tous unis à la personne du Fils, qui a vaincu la mort et a rejoint à jamais les éléments d’un corps vivant.

Les mots “Grâce et Miséricorde” en grande lettre sous le bras gauche du Crucifié signifient la commodity divine que notre Médiateur dispense à nous. Le Baptême est le premier sacrement, l’incorporation dans le «Corps Mystique du Christ”, et l’Eucharistie est le plus grand sacrement par lequel nous communiquons directement avec le Christ. Le Baptême permet notre naissance dans le Corps Mystique, dans la même vie de la Trinité éternelle, nous donnant droit à nous nourrir en le Corps de Christ. Ceci est suprême “Grâce et Miséricorde”!

Sœur Lucie eut cette vision en l’adoration du Seigneur réellement présent sur l’Autel pendant une Heure Eucharistique. Elle a vu “un Calice et un grand Hôte sur lequel est tombé quelques gouttes de sang du visage du Crucifié et d’une blessure dans sa poitrine. Ces gouttes coulaient sur l’Hôte et sont tombés dans le Calice.” L’Hôte élevé et le Calice représentent aussi l’Église. Selon saint Augustin l’Eglise est «le Christ tout entier.” Il est Jésus, le Chef, uni à nous, les membres, dans une union mystérieuse.

La vision est apparu “sur l’autel» du couvent. La révélation est un rappel vivant que la partage fidèle aux réalités colossales de notre salut chaque fois que nous participons à une messe en union avec la Sainte Trinité et la Vierge, qui a commencé sa carrière co-rédemptrice consentant à son rôle dans l’Incarnation.

Notre Dame était sous le bras droit de la Croix avec son Cœur Immaculé dans la main exactement où elle était pendant la Crucifixion de son Fils. La Sainte Vierge est montrée ici dans la vision de Tuy que la Co-Rédemptrice et Universal Médiatrice de la grâce. L’agonie de Notre Dame, au pied de la Croix a été le point culminant de toute sa vie de souffrances unie à les souffrances de Jésus. La couronne d’épines qui entoure le Cœur Immaculé est le signe de sa souffrance et les flammes sont l’intensité de sa charité.

Il y a un lien profond entre la Vierge et l’Eglise, la société de tous régénérés surnaturellement par la rédemption du Christ. Marie occupe la première place, la seule parfaitement rachetée, la seule parfaitement sauvée. Marie fut uniquement rachetée  d’être sans péché, et «pleine de grâce» depuis le début de sa vie à sa fin, le tout par la “grâce et miséricorde” de la Trinité.

Advertisements
This entry was posted in Français and tagged . Bookmark the permalink.